La grive Mauvis

 

 

grive mauvis reproduction interdite

Photo Nikolay Titov 

 

 

Turdus Iliacus

d'autres photos de grive mauvis   

 

 

 

LA GRIVE MAUVIS, appelée siffleuse ou quine dans le sud-est de la France, appartient à la famille des turdidés comme le merle noir, la grive musicienne, la grive draine, la grive litorne, le rouge-gorge et le rossignol. Un large sourcil blanc ou jaunâtre, les flancs et le dessous des ailes de couleur rousse permettent de la différencier aisément des autres grives: draine, musicienne ou litorne.  Le mâle et la femelle ont un plumage identique. D’un poids d’environ 65 g, c’est la plus petite des grives européennes. Une sous-espèce “ turdus iliacus coburni ”, de plus grande taille  et de coloration un peu plus sombre, occupe l’Islande et les Iles Féroé,au large de l’Ecosse. Mâle et femelle bâtissent leur nid ensemble qu’ils installent dans les arbres ou les arbustes à faible hauteur. Le nid est façonné de terre glaise et garni d’herbe et de feuilles. De fin-mai à fin-juillet deux pontes successives composées de 4 à 6 oeufs sont déposées dans les nids que la femelle couve seule. L’incubation dure 14 jours. Les oisillons quittent le nid au bout de deux semaines, mais continuent à être nourris par les parents durant un certain temps.

 

 

grive mauvis reproduction interdite

Photo E.Camoin

La grive mauvis  émet un « tsîîîh » le plus souvent en vol (déplacements, migration) et souvent entendu de nuit. La grive mauvis émet aussi un « tchoc » répété d’alarme. Le chant nuptial est une série de trois ou quatre notes flûtées, sonores « tchirii, tchirii, tchuri »

rauque.                                                                                                                         

 

 

Son cadre de vie.

En période de reproduction, dans le nord de l’Europe, la grive mauvis se plait en milieu forestier, le plus souvent dans les bouleaux,pins et épicéas.

Elle affectionne les bords de rivières et les terrains marécageux. Pendant l’hivernage, au sud et à l’ouest de l’Europe, les haies et les bosquets en bordure de prairies et de champs ont sa préférence. Les proies animales forment l’essentiel de sa nourriture: insectes, petits escargots et surtout vers de terre, proie la plus fréquente en été. En automne,comme les autres grives elle profite de l’abondance des baies pour varier son menu. Elle affectionne particulièrement les baies de genévrier, de lierre, de houx ou d’aubépine.

 

 

 

 

En France.

La grive mauvis ne niche pas en France. Elle arrive dans notre pays généralement en octobre, en provenance de Scandinavie et de Sibérie. Les mêmes couloirs de migration sont empruntés en automne et au printemps. Ses déplacements migratoires sont surtout nocturnes et les tsii..tsii... émis continuellement par les vols en migration permettent de repérer facilement les forts passages. Les arrivées se prolongent jusqu’au coeur de l’hiver. Espèce commune à cette époque, on l’observe régulièrement en compagnie des grives litornes. La migration de retour débute à la fin février et surtout en mars et se poursuit début avril. La grive mauvis est, avec la grive musicienne, une espèce gibier très recherchée en France, en particulier dans la moitié sud.

 

 

 

Texte ONCFS

 

 

 

grive mauvis reproduction interdite

Photo Mihail Lopatkin

 

 

 

TELECHARGER la fiche technique complète de la grive mauvis réalisée par l'IMPCF et la Fédération Régionale des Chasseurs Provence Alpes Cote d'Azur.

 

 

A voir aussi

L'état de conservation et les effectifs de grands turdidés en Europe cliquez ici

 

 

 

RETOUR
 
 
 
adherez à l'association nationale de defense des chasses traditionnelles à la grive andctg

 



Réagir


CAPTCHA