Les Paranys en Espagne

 

 

 

 

 
une installation de chasse au parany en espagne reproduction interdite
 

 

La chasse traditionnelle aux paranys en Espagne consiste à attirer des grives sur des arbres au moyens d’appelants aidés par des chasseurs avec des appeaux ( chilet en provençal) au moment de la migration automnale.Les arbres sont taillés de façon à ce que les branches se lèvent à la verticale, et en créant quelques colonnes entre lesquelles s’installent quelques bâtons horizontaux dénommés des cintres ou des barres. A ces barres, on installe de petites baguettes enduites de glu.Les grives se posent sur ces baguettes et tombent au sol où elles sont ramassées par les chasseurs. 
 
 Une installation


Les arbres utilisés sont en général des oliviers, des chênes verts, des caroubiers ou des pins d’aleps Les arbres sont taillés tout au long de l’année et sont entourés à leurs base d’une palissade pour éviter la fuite des oiseaux qui même englués restent forts et résistants et tentent de s’enfuir. Les arbres peuvent être seuls ou groupés. Le plus souvent, les installations sont faites de plusieurs arbres enracinés autour d’une maison rustique à l’intérieur, spécialement travaillée par le chasseur qui durant le reste de l’année se convertit en agriculteur, ou il est plutôt un agriculteur toute l’année qui au mois d’octobre se convertit en chasseur.En général, les propriétés ne font pas plus d’un hectare. On y trouve des vignes, des figuiers, des cognassiers des arbousiers…. Et un jardin pour la consommation familiale. On réunit la famille dans une maisonnette annexe spécialement les week-ends. Le paysage est entouré de montagnes ou d’une garrigue Méditerranéenne. Si l’automne est généreux en pluies, la sinuosité de ses ravins multiples offrira de l’eau et un refuge pour les oiseaux de passage tout l’hiver. 


 
 Entretien d'un paranys




L’origine de cette chasse remonte à la Grèce antique. On trouve d’ailleurs au musée national de Tarento  une poterie avec une scène de chasse aux paranys avec tous ses éléments : l’arbre avec les baguettes, les oiseaux tombant, une chouette ou un hibou utilisé comme appelant. Cette pièce est datée du  Vème siècle avant J.C , il y a 2500 ans. Dans la culture Romaine, nous trouvons une documentation abondante sur ce mode de  chasse depuis les arabes, la reconquête du roi Aragon  jusqu’à nos jours.  

 

 

 

 



Ce type de chasse, pratiquée dans son système traditionnel est d’une beauté incommensurable et d’une grande richesse. A l’habileté du chasseur d’un côté, il faut ajouter tout le dispositif de préparation et la cohérence de l’installation pour pouvoir être fonctionnelle. Le soin apporté aux appelants et leurs utilisations  ponctuelles, les heures de travail, les levers matinaux, le froid….. sont parties intégrantes de cette chasse de passionnés.  Chacun hérite de la propriété des parents, des ustensiles variés ainsi que des arbres centenaires  sous lesquels des milliers d’anecdotes amplifiées avec les années et le souvenir des ancêtres. 
Dans certaines régions, le mois d’octobre est signe de changements d’habitudes pour certains. La coutume est de se déplacer avec toutes ses affaires à la propriété pour vivre au rythme du passage des grives. Dans certains villages, on paralyse toutes les activités ainsi que le mode de vie et tout tourne autour de la grive ( fête, gastronomie, artisanat, chansons ….)Pour les personnes qui n’ont pas de propriété, les communes louent des arbres et des actes notariaux sont signés pour pouvoir chasser les grives.  


 



Le manque de régulation stricte et traditionnelle dans les années 1970  par la multiplication de la pratique par n’importe quel amateur ou non et l’arrivée de quelques groupes écologiques ont remis en cause cette chasse ancestrale. 



Dans les années 1980 se crée l’association  APAVAL pour défendre cet art traditionnel. Après de nombreuses années, la chasse aux paranys a pu être maintenue en se  conformant à la directive européenne grâce :

- aux études scientifiques sur la migration des grives (IMPCF).
-  à la pratique contrôlée de ce mode chasse.
-  à la sélectivité de la capture des oiseaux vivants.
-  à l’éducation des chasseurs.
-  aux contacts avec des pays de profonde tradition cynégétique comme la France et ses chasses à la glu, aux filets…..et l’Italie.
-  à un quota maximal de capture.  

 
       Vidéo: Travaux réalisés sous la direction scientifique de Jean Claude Ricci depuis 
       3 ans  : Les résultats sur le site IMPCF



Elle est déclarée légale par un vote au Parlement de Valencia le 14 octobre 2009. Cette  journée est un jour historique pour les chasseurs de parany après deux décennies de lutte et d’attaque des anti-chasses.

 

 
 Manifestation des chasseurs de parany
 
 
      Page réalisée avec l'aide le l'Association APAVAL en Espagne
 
 
 
adherez à l'association nationale de defense des chasses traditionnelles à la grive andctg

 



Les réactions

Avatar Cristiana SIMOES

Bonjour,

c'est très interessant mais il faut savoir que dans certaines régions au Portugal (la mienne en particulier) on ne trouve plus une seule grive alors qu'elles y pullulaient il y a encore quelques années. Les chasseurs d'ici accusent les espagnols d'en chasser un trop grand nombre au point de ne pas en laisser une seule pour nous. Vrai ou pas, le constat est là: plus une seule grive chez nous.

Le 02-12-2013 à 13:13:05

Réagir


CAPTCHA